L’internet des objets, une révolution dans le domaine de santé écrit par NEF Ambassadeur Yassine Harzallah

SONY DSC

SONY DSC

“Vous, les jeunes d’aujourd’hui, vous avez la technologie entre vos mains, vous êtes la plus puissance génération que l’histoire humaine ait jamais pu avoir.”

C’est ce que Dr Yunus, prix Nobel de paix, nous a dit avec beaucoup d’aspiration et conviction durant le sommet international de la jeunesse pour la jeunesse en Lituanie et je ne vous cache pas, ça ne m’a pas laissé indifférent. Je le dis haut et fort, et je pèse tout mes mots : nous vivons dans un monde ou une information peut sauver beaucoup de vies et changer d’autres !

Nous vivons dans un monde ou l’humaniste numérique [1] a autant d’importance qu’un humaniste sur terrain. L’internet des objets et le big data sont au cœur de cette révolution numérique et il est fort dommage de s’en passer. Pour définir brièvement l’internet des objets, prenons un exemple très simple : Imaginez que votre réfrigérateur détecte automatiquement qu’il n’y a plus de lait et en commande automatiquement ? Imaginez que votre système de chauffage central sait ou vous êtes, et active le chauffage uniquement quand vous approchez de chez vous ? La communication entre les humains est révolutionnée grâce à l’avance technologique, mais l’Internet des objets va beaucoup plus loin et réserve une place pour les objets d’avoir une identité numérique et de communiquer entre eux et avec nous. [2]

Maintenant, imaginons si on applique tout cela au vaste domaine de la santé ? Vous voyez les l’infinité des révolutions qu’on peut réaliser ? J’ai eu l’honneur et la passion d’en développer une à l’université KTH en Suède. Avec 3 brillants étudiants en informatique de nationalités différentes, nous avons fait équipe avec une startup suédoise Evothings et un représentant de l’hôpital de Stockholm. Nous avons développé dans le laboratoire VIC de KTH, une application d’Internet des objets qui permet de notifier automatiquement un médecin sur son smartphone quand un patient tombe de son lit ou fait une chute accidentelle. En effet, rien qu’aux Etats Unis, entre 700 000 et 1 000 000 personnes tombent aux hôpitaux, plus principalement les personnes âgées et ceci peut avoir de très graves conséquences voire même causer des décès. [3]

Picture1

Development of the tool in a very friendly atmosphere at the laboratory VIC KTH

Nous nous sommes équipés des capteurs de Texas Instruments qui donne des informations sur la variation de l’humidité, pression, température tout ceci en supplément de l’accéléromètre et le gyroscope [4]. Nous avons ensuite développé un algorithme sophistiqué qui permet de différentier une vraie chute d’un mouvement naturel. Si une chute a été détectée, une notification est immédiatement envoyée au smartphone du médecin le plus proche pour intervenir le plus rapidement, lui donnant à la fois la localisation du patient, ses informations et son degré de chute. Il a été bien évidemment très important de penser à l’ergonomie de ce capteur afin de ne pas gêner le patient et le décourager à le porter. Sa très petite taille, sa résistante à l’eau et sa discrétion encouragent les patients à ne pas s’en passer. Bien évidemment, nous n’avons traité qu’une partie infime de ce que l’Internet des objets peut nous offrir dans le domaine de santé, libre cours à votre imagination sur le type d’informations vitales qu’on peut récupérer d’une manière automatique sur les patients, et les traiter de la manière la plus efficace et rapide possible en plaçant des capteurs sur les patients eux même, ou sur les objets avec lesquels ils interagissent (Boite de pilule de médicament, les portes, les leviers de robinets, les lits etc..). Nous l’avons présenté cet outil à deux hôpitaux de Stockholm, et cela a reçu un vif enthousiasme.

Picture2

The sensor used for the development of our application (Texas Instruments) [4]

La faisabilité de ce projet sur une grande échelle est toujours en cours d’étude. Il est vrai que dans le laboratoire de KTH Stockholm, nous avons eu accès à des moyens colossaux avec un encadrement à la fois des chercheurs et représentant du domaine médical. Mais si vous me demandez aurait-il été possible de développer ce projet en Tunisie, je vous répondrais sans la moindre hésitation, et je dirais haut et fort Oui !

Les jeunes tunisiens sont pleins d’enthousiasme, créativité et la soif d’apprendre. Je suis convaincu que le manque de moyens mises à leurs dispositions principalement pour des raisons financières, ne fait qu’augmenter leur créativité pour surmonter cela. Maintenant si je vous dis, que 3 jeunes tunisiens ont fabriqué un premier avion 100% tunisien, c’est impressionnant n’est ce pas ? Figurez vous que ça l’est encore beaucoup plus si vous savez qu’ils ont fait cela dans leurs garages et avec très peu de moyens [5]. I

l est vrai que par le passé, la Tunisie, n’a pas apporté l’encadrement et le milieu nécessaire pour ses jeunes prodiges, mais je suis convaincu qu’après la révolution, beaucoup de choses ont bougé et beaucoup d’initiatives ont été prises. La Tunisie est de plus en plus consciente que ses jeunes veulent briller chez elle et implémenter leurs projets sur sa propre terre comme le jeune inventeur tunisien qui a conçu une pile qui se charge en 50 secondes et qui a tenu à offrir son invention au service de son pays.

Il est plus que jamais nécessaire que la Tunisie croit et soutient encore plus ses talents pour leur ingéniosité, leur passion et leur amour pour le propre pays. Je suis optimiste qu’après la révolution, les commandes sont dans les mains de jeunes personnes compétentes et que la Tunisie commence à prendre des vraies initiatives, je cite à titre non exhaustif, dernièrement la Tunisie est le premier pays mondial à utiliser la technologie blockchain pour sa monnaie virtuelle, une innovation qui peut avoir de notables apports financiers et donner plus d’opportunité pour les jeunes. [6]

En étant la pionnière dans ce domaine et en prenant une telle initiative, la Tunisie donne un signe qu’elle est prête à apporter de réels changements et de miser sur les nouvelles technologies. En effet, le domaine de santé en Tunisie est distingué et ses médecins sont de renommés, ce qui explique la croissance du tourisme médical dans ce pays [7]. Intégrer les dernières technologies et révolutionner encore plus ses équipements permettra d’entretenir cette réputation et miser sur ce type de tourisme pour l’économie du pays.

References

[1] http://www.digital-humanitarians.com/

[2] http://www.nature.com/news/society-build-digital-democracy-1.18690

[3] http://www.ahrq.gov/sites/default/files/publications/files/fallpxtoolkit.pdf

[4] http://www.ti.com/tool/cc2541dk-sensor#0

[5] http://www.tunisia-live.net/2014/01/22/made-in-tunisia-plane-shown-off-in-sousse/

[6] http://dcebrief.com/tunisia-becomes-first-nation-to-put-nations-currency-on-a-blockchain/

[7] http://www.iace.tn/wp-content/uploads/2013/05/jes2012_tourisme_medical.pdf

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *